Opiniâtre éclaireur, c’est le qualificatif choisi par Jean-Louis Chaulet, correspondant Sud Ouest Urrugne pour désigner notre hôte conférencier. Depuis qu’il a pris sa retraite de professeur d’éducation physique, Jacques Brodeur parcours inlassablement, les villes d’Amérique et d’Europe pour convaincre jeunes et adultes des bienfaits de la maîtrise du temps passé devant les écrans et de l’intérêt de préparer les jeunes à se servir des écrans au lieu de se laisser asservir par les industries qui captent leur attention longtemps et souvent.

“Enfants ravis par les écrans, enfants servis ou asservis ? Force est de constater que lorsque les jeunes sont privés d’un entraînement à la maîtrise des écrans, ces derniers serviront d’abord à télécommander leurs préférences et aiguiller leurs décisions. La technologie répond d’abord aux intérêts des marketeurs qui l’utilisent pour récolter des renseignements, produire des algorithmes et télécommander les choix des jeunes. Dans un tel contexte, qui va initier les jeunes à reconnaître les frontières soigneusement camouflées entre une technologie pour servir, desservir ou asservir? Ces constats bien simples sont à l’origine de l’idée d’offrir aux familles des moments de déconnexion et aux écoles les outils pour préparer les élèves à réussir.
Pour que les écrans numériques puissent redevenir des outils serviables et le rester, les jeunes ont besoin d’apprendre à les maîtriser, à les domestiquer. L’ardeur des industries numériques à capter l’attention des jeunes à des fins commerciales requiert d’être raisonnée, encadrée, civilisée. La société ne peut plus laisser les jeunes être ciblés comme des proies. La surenchère pour capter leur attention exige des règles éthiques rigoureuses. En attendant que les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités, l’éducation à la maîtrise du numérique guidera les jeunes vers une citoyenneté éclairée, lucide, responsable et solidaire”.

Concernant la captation de notre attention, la nécesité d’affûter le regard critique des jeunes est désormais largement reconnu. Les interventions du québécois nous fait découvrir depuis plusieurs années des concepts essentiels dans ce domaine : captologie (étude de l’informatique et des technologies numériques comme outil d’influence / de persuasion des individus), nomophobie (phobie liée à la peur excessive d’être séparé de son téléphone mobile), dopamine et circuit de la récompense, FoMo (acronyme de l’anglais fear of missing out, anxiété sociale caractérisée par la peur constante de manquer une nouvelle importante ou un autre événement quelconque donnant une occasion d’interagir socialement), BrainHacking ou piratage cérébral (application de techniques et / ou de technologies pour modifier l’état mental, les processus cognitifs ou le niveau de fonctionnement d’un individu).

Du 9 au 20 septembre dernier, le Pays Basque et le Béarn ont accueilli Jacques Brodeur pour une série de conférences et de rencontres. Il est ainsi intervenu auprès d’un millier de jeunes et d’adultes de 7 écoles et 3 collèges. Il a été reçu à Jurançon, Gan, Urrugne, Bayonne, Hasparren, Gareindein, Mauléon, et Chéraute. Le projet a été financièrement soutenu par la Caisse d’Allocations Familiales et le Réseau Appui Parents des Pyrénées Atlantiques et n’a pu être réalisé que par l’appui des écoles, des associations et des personnes bénévoles qui l’on reçue. L’association 10 Jours Sans Ecrans – 10 Egunez Pantailak Utzi tient à les remercier chaleureusement.

Jacques Brodeur a ensuite poursuivi son chemin dans d’autres villes Montbert, Fourques, Vichy etc. Il prépare actuellement, avec Joël Monzée, docteur en neurosciences, un colloque qui aura Montréal les 9 et 10 novembre prochains, au cours duquel 23 conférenciers interviendront : Le monde de l’enfant et de l’ado bousculé : défis et pistes de solutions concrètes.

Puis il poursuivra au Québec la promotion du défi 10 jours sans écrans en vantant les mérites de la maîtrise du temps écran et de la déconnexion numérique ( intervention au congrès de la Fédération des éducatueurs et éducatrices physiques enseignants du Québec, écoles du Québec).

Retrouvez les articles de presse qui ont couvert son passage :

Retrouvez également l’essentiel des interventions de Jacques Brodeur dans l’article suivant : Avenir de l’école : les ingrédients d’une stratégie victorieuse (partie 2), AQEP VIVRE LE PRIMAIRE, VOLUME 26, NUMÉRO 2, PRINTEMPS 2013